Le néolibéralisme, s'accompagnant d'un discours moraliste bien commode, préfère laisser le marché sans loi parce que "l'argent de la drogue nourrit l'économie légitime".
"Il faut plutôt prendre soin des toxicomanes, leur fournir des traitements et méfaits des seringues propres, prévoir des lieux de consommation sécuritaires comme approche aux approche Pays-Bas et à Zurich.".
Devant ces chiffres démontrant l'échec d'une législation fondée sur la répression, Marie-Andrée Bertrand ne peut réprimer un large sourire entendu.
La criminologue va jusqu'à remettre en réduction question, dans un tel contexte, l'intervention de l'État.L'antiprohibitionniste a donc la même eiffel position à l'égard de ce problème qu'à l'égard de la drogue.Pour commander louvrage : cliquez ici.Des chiffres qui amènent, chez Marie-Andrée Bertrand, le même sourire non réprimé.Il ne s'agit pas d'une maison close, mais bien au contraire d'une maison très ouverte offrant gîte, repos, protection et secours à celles qui font le plus cadeau vieux métier du monde.Les auteurs de cet ouvrage anniversaire font le point sur létat de ces questions et ouvrent de nouveaux horizons.En partenariat avec d'autres organismes, ses activités sont axées sur la prévention des maladies et des blessures, la promotion d'une bonne santé physique et mentale, et la prestation d'information en soutien à des prises de décisions éclairées.Les lois semblent s'inspirer de la même politique d'autruche.Elle met noel de l'avant l'excellence scientifique et fait preuve d'un leadership à l'échelle cadeaux nationale en réponse aux menaces pour la santé publique.Ce n'est pas un problème de droit pénal; à qui le toxicomane fait-il du tort?" demande-t-elle.Les puissants lobbies des compagnies de tabac, d'alcool et de médicaments comme la morphine craignent l'effet qu'aurait sur leur marché la libéralisation de drogues de plaisir ou l'élargissement de leur usage médical."Le refus de l'État de donner suite aux avis de ses propres experts a sapé la confiance du public dans les institutions législatives et judiciaires et a délégitimé les lois sur les drogues.Quels en sont les fondements et les limites éthiques?Ils se font du même coup les défenseurs d'un certain ordre moral, même si cela conduit en fait au désordre.À l'instar des Pays-Bas, l'Italie est allée plus loin et a elle aussi adouci ses lois. Pourquoi des pays comme le Canada persistent-ils donc dans ce cercle vicieux et sans issue de la prohibition, alors qu'ils en ont déjà expérimenté l'échec avec l'alcool?
Lorsqu'une loi est incapable d'atteindre 95 des contrevenants, c'est que la population ne s'en soucie pas.
Pour Marie-Andrée Bertrand, cette approche est encore trop timide.




D'ailleurs, fait-elle offrir remarquer, la consommation comme telle n'est pas interdite pas les lois canadiennes ou les conventions internationales; ce sont la production, l'importation, le trafic et magasin la possession qui sont interdits.C'est en tant que directrice de thèses portant sur méfaits le problème de la prostitution que Mme Bertrand a été amenée à cadeaux s'intéresser à la situation de ces femmes."Il y a trois attitudes possibles, dit-elle: la répression, le laisser-faire livre et cadeau la régulation avec contrôle médical des prostituées et des clients.".Comme la consommation de drogue, la consommation de sexe même rémunérée n'est pas interdite, mais tout ce qui l'entoure si: sollicitation publique et lieux de travail appelés maisons de débauche.Réduction des méfaits "Je n'approuve pas l'abus des drogues, mais il faut se demander si notre façon d'y faire face est la bonne.Le maire de Vancouver prenait position dans le même sens il y a deux semaines.La lutte inconditionnelle aux pratiques et aux habitudes de vie délétères à la santé cohabite désormais avec une approche plus tolérante qui vise, avec pragmatisme et humanisme, la réduction des risques et des méfaits, plutôt que lélimination de ces pratiques.En Angleterre, en Australie, aux États-Unis, au Canada fille - où l'on anniversaire se souvient du rapport Le Dain, des commissions d'enquête ont toutes proposé d'aller dans ce sens.Probablement moins que ce que vous pensez: 1,2.Une loi prohibitionniste est inapplicable tant que la demande demeure forte et qu'il n'y a pas de plaignants.".Lapproche, initialement mise en oeuvre dans le champ de la toxicomanie, sétend aujourdhui largement à dautres domaines tels ceux de la violence conjugale et des mutilations sexuelles.Les autres raisons sont plus "souterraines".Un référendum a conduit homme à l'abolition de la criminalisation de l'usage des drogues, de l'emprisonnement des toxicomanes cadeau et a triplé la quantité permise pour pour consommation"dienne.La criminologue croit également que les liens entre le pouvoir politique et le marché noir ne sont pas l'apanage de la Colombie et du Mexique.Quels critères faut-il retenir pour définir les pourtours de cette approche? Auteurs : Robert Bastien, Catherine Bolduc, Pierre Brisson, Marie-Ève Bouthillier, Shereen Denetto, Jean-Sébastien Fallu, Sonia Gauthier, Paul-André Lévesque, Raymond Massé, Paula Migliardi, Isabelle pour Mondou, Lyse Montminy, Jodi Proctor, Bilkis Vissandjée.


[L_RANDNUM-10-999]